Défense du Train

Défense du Train

2017-08-11 Lettre Clairin Arrêt gares intermédiaires entre Toulouse et Brive

Logo des 2 Jacks.jpg

 

Assier le 11.08.2017

 

M. Sean CLAIRIN

S.N.C.F. Proximités

Intercités

Directeur Délégué Centre Sud

24 Boulevard de l’Hôpital

75 005 PARIS

 

 

 Objet : Arrêt gares intermédiaires entre Toulouse

            et Brive aux trains 3730 / 3731

 

 

Monsieur Sean CLAIRIN,

 

De nombreuses personnes habitant Montauban, Cahors, Gourdon ou Souillac travaillent à Toulouse et utilisaient le train de nuit 3730 ou 3731 pour se rendre à leur travail et rentrer chez eux le soir.

Or, depuis le changement d’horaires au début juillet, ces usagers n’ont plus la possibilité de partir de Toulouse pour se rentrer à leur domicile de Montauban, Cahors, Gourdon ou Souillac car ces arrêts intermédiaires ont été supprimés. Plus aucune possibilité d’acheter un billet pour se rendre dans ces gares au train de nuit. La même problématique se pose, au retour, pour se rendre de leurs gares domiciliaires à Toulouse et arriver suffisamment tôt pour leur travail.

La suppression de ces arrêts réduit considérablement les possibilités de voyage pour les usagers venant de parcours au-delà de Toulouse. Ils n’ont plus la possibilité d’emprunter le train de nuit pour arriver plus tard afin de profiter au maximum de leur déplacement privé ou de loisirs. Il en est de même pour les personnes voulant partir très tôt pour aller au-delà de Toulouse. Nous avons le cas de deux personnes qui utilisaient le train de nuit avec correspondance à Montauban pour se rendre au lycée à Valence d’Agen et arriver à l’heure pour le début des cours. Désormais, ils ne peuvent plus utiliser le train et sont dans l’obligation de se faire conduire en voiture car en partant la veille, ils ne peuvent pas être accueillis par le lycée, l’internat étant fermé. Ceci est un cas parmi tant d’autres …..

Une personne a fait appel à notre association pour dénoncer l’aberration de la suppression de ces arrêts. Cette personne habite à Souillac et utilisait jusque là le train de nuit pour rentrer chez elle. Pour pouvoir se rapatrier, elle est dans l’obligation d’acheter un billet de Toulouse à Paris pour être en règle et pouvoir monter dans le train de nuit et elle descend à Souillac car le train a quand même un arrêt à Souillac. Cela lui fait payer un billet Toulouse – Paris à 65 € alors que le tarif Toulouse – Souillac est de 29,20 €. Cette personne n’est pas la seule dans ce cas.

Cette situation est inadmissible, cela ne peut pas durer, cette manière d’opérer ne tend pas vers une fidélisation des usagers et ne démontre pas de la part de la S.N.C.F. de pratiquer un Service Public de qualité.

Nous vous demandons de rétablir au plus vite ces arrêts.

Dans l’attente d’une réponse rapide, nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur Sean CLAIRIN, l’expression de mes sentiments distingués.

 

                                                                                                               Pour l’A.D.G.A.P.R. : Le Président

                                                                                            

                                                                                                                       Christophe SCHIMMEL 



15/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 337 autres membres