Défense du Train

Défense du Train

2018-10-16 Article La Dépêche

La Dépêche du 16 Octobre 2018

 

 

 

Les associations lotoises de défense des gares et du rail appellent à une mobilisation,

Samedi à 17 heures en gare de Cahors.

 

            Inquiètes quant au projet de la SNCF de revoir l'organisation dans trois gares du Lot, les associations lotoises de défense du rail se mobilisent. Tous ensemble pour les gares appelle à un rassemblement le 20 octobre, à Cahors.

            Avec 540 adhérents lotois, l'association Tous ensemble pour les gares, est en train de battre le rappe. Elle organise en effet un rassemblement en gare de Cahors, ce samedi 20 octobre, à partir de 17 heures.

            Elle entend ainsi exprimer sa contestation face aux annonces de suppression de postes, de réduction d'ouverture des accueils à Gourdon et de fermeture de la gare de Gramat les week-ends. Des éléments sur lesquels la direction de la S.N.C.F. a été contactée, précisant «ne pas souhaiter s'exprimer tant que ces changements ne sont pas actés officiellement.»

            Georgette Laporte, la présidente de l'association TEPLG, rappelle leur détermination. «Nous nous sommes créés au moment où treize suppressions d'arrêt de train devaient impacter le Lot. Suite au combat collectif et citoyen, ils ont tous été réintégrés par la S.N.C.F. Là, on entend parler de trois guichetiers en moins sur les quatre que compte la gare de Cahors. Mais aussi d'une réduction drastique des horaires d'ouverture à Gourdon et la fermeture de la gare de Gramat les week-ends et jours fériés. La gare d'Assier serait également en grand danger», liste-t-elle.

            Dans leur combat pour le rail et la desserte ferroviaire sur le Lot, Tous ensemble pour les gares pointe un département laissé de côté. «Quand on est un voyageur lotois, on se retrouve fréquemment bloqué à Brive, terminus de ligne. Nous demandons donc que deux trains Intercités s'arrêtant au terminus de Brive soient prolongés jusqu'à Toulouse avec les dessertes de Souillac, Gourdon, Cahors, Caussade et Montauban.»

            Georgette Laporte espère que les Cadurciens se mobiliseront en nombre samedi. Ainsi que les élus locaux. De Gourdon, où siège l'association, un car sera affrété pour transporter les membres et sympathisants jusqu'à la gare de la préfecture du Lot. «Si on laisse faire les projets de la SNCF à Cahors, cela sera une catastrophe et la mort annoncée de toutes nos autres gares.»

            L'Association de Défense de la Gare d'Assier et de Promotion du Rail se joindra au rassemblement, samedi, en gare de Cahors. Basée à Assier et totalisant 200 membres, elle partage ces inquiétudes. «Selon les informations des instances représentatives du personnel de la S.N.C.F., ces mesures devraient être effectives au 1er novembre. Ne pas prévenir les usagers, c'est mettre les gens devant le fait accompli, en imaginant sûrement qu'ils vont baisser les bras», prévient Jacques Montal, porte-parole de l'Association de Défense de la Gare d'Assier et de  Promotion du Rail, qui estime que la S.N.C.F. va sûrement attendre la mise en œuvre du prochain service d'hiver le 9 décembre, pour acter cette réorganisation.

            C'est sans compter de toute façon, la mobilisation lotoise qui s'organise et qui n'a pas l'intention de regarder passer le train de ces réformes, sans réagir.



16/10/2018
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1036 autres membres