Défense du Train

Défense du Train

2017-02-28 Lettre Gibelin

Logo 3.jpg

 

 

                Assier le 28 février 2017

 

 

Monsieur Jean-Luc GIBELIN

Vice-président en charge des Mobilités et infrastructures transports Conseil Régional Occitanie

22 Bd du Maréchal JUIN

31 406 TOULOUSE  Cedex 9

 

 

 

 Objet : Ouvertures des gares au 1er juillet 2017

 

 

Monsieur Jean-Luc GIBELIN,

 

 

Un nouveau service au 1er juillet est en cours d’élaboration, des nouveaux horaires sur la ligne P.O.L.T. vont voir le jour et par conséquent les horaires de la ligne de Rodez à Brive vont de ce fait être modifiés.

Avec la Convention actuelle, toutes les gares du Lot entre Figeac et Brive sont ouvertes au service de la circulation des trains et au service commercial voyageur. Concernant le service voyageur, les usagers peuvent venir se renseigner et/ou acheter les billets et réservations pour réaliser leurs projets de voyages professionnels ou de loisirs. L’ouverture de ces gares permet également d’assurer la sécurité des voyageurs, la ponctualité et la régularité des circulations au quotidien.

La S.N.C.F. en programmant ces nouvelles grilles horaires, semblerait qu’elle décide unilatéralement de supprimer certaines gares à la circulation des trains et de fermer les guichets. Les gares d’Assier et de Gramat devraient être fermées tous les fins de semaine : les samedis, dimanches et jours fériés, alors que ces gares sont actuellement ouvertes tous les jours pour toutes les tâches. La gare de Rocamadour-Padirac, actuellement ouverte uniquement pour la circulation des trains serait définitivement fermée.

Ces prévisions ne sont pas acceptables ni recevables en l’état. Ces gares ont déjà payées un lourd tribut en matière d’amplitude horaire ainsi qu’au niveau de suppression d’agents. D’autre part, vous connaissez ces lignes dites à voie unique, déjà fragilisées parce que l’on ne peut faire circuler qu’un seul train à la fois. Pour faire croiser ces mêmes trains, il est nécessaire d’avoir des points de croisement, c'est-à-dire des gares ouvertes au service de la circulation. Par conséquent, ces gares fermées ne permettront plus en cas de retard, d’incident de faire croiser les trains. Les délais d’attente pour qu’un train arrive dans la gare suivante vont occasionner du retard empêchant les usagers d’avoir leurs correspondances et provoquant des retards à tous les trains suivants et à tous les trains allant dans l’autre sens.

  Si ce schéma se mettait en place, ce serait encore un service fortement diminué. C’est principalement le week-end que les usagers, qui travaillent, peuvent se rendre dans les gares pour pouvoir acheter leurs billets et leurs réservations. Les usagers de cette ligne sont excédés d’avoir déjà vu le service des gares fortement diminué, leur train de jour direct Rodez-Paris supprimé, des correspondances en gare de Brive pas toujours pertinentes ou bien, se voir proposer des bus de remplacement en cas de retard, au confort moindre, avec des temps de trajet augmentés du fait de la desserte de toutes les gares. En majorité les usagers voyagent beaucoup à destination de Paris avec, la plupart du temps, leurs bagages et en cas de rupture de correspondance, le voyage devient long et plus pénible. Ils sont réticents et parfois refusent d’emprunter les bus de substitution. Les voyageurs confrontés à ce genre de contrainte supportent mal ces situations et envisagent de se replier vers un autre moyen de locomotion et ils se détournent du train parfois définitivement.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons dans la prochaine Convention de contraindre la S.N.C.F. de garder l’amplitude des heures d’ouverture comme actuellement, de ne pas accepter la diminution des heures d’ouvertures de gare ou leur fermeture souvent définitive, une situation irréversible. Cela fait partie des résolutions prises lors de la concertation avec les citoyens, de la réussite des E.G.R.I.M., la région s’est engagée à poursuivre les débats avec tous les acteurs des transports. En attendant la mise en place des Comités Départementaux coordonnés avec des Comtés de ligne, demandons à la S.N.C.F. de ne pas faire de nos territoires ruraux des déserts ferroviaires afin que les usagers puissent se déplacer comme n’importe quel citoyen et puisse bénéficier d’un véritable Service Public Ferroviaire.

Vous pouvez constater comme nous que les élus, les citoyens, les cheminots et les usagers de ces territoires ne supportent plus de voir tous ces services diminués ou supprimés. Ils sont  déterminés à se mobiliser  pour défendre ce Service Public auquel ils restent attachés et faire valoir leurs droits d’Ayant Droit au Transport.

 Nous vous prions de croire,  Monsieur Jean-Luc GIBELIN, en l'assurance de nos respectueuses salutations.

 

                                                                                  Pour l’A.D.G.A.P.R. : Le Président

 

                                                                      

                                                                                           Christophe SCHIMMEL



06/03/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1036 autres membres